Enseignes et associations créent le Rassemblement des opticiens français pour défendre le métier d’une seule voix (L'opticien-presse 23/02/2017) Actualités


Présenté officiellement le 22 mars à Paris, le « ROF » est présidé par l’opticien corse André Balbi. Il espère, d’ici 2018, « donner naissance à une représentativité syndicale unifiée ».
Après la transformation du Synope en Snor, voici le « ROF », qui concrétise, selon son président, « la volonté de travailler ensemble dans l’intérêt de la profession ». Pour créer cette nouvelle entité qui a pour l’heure le statut d’association, près d’une dizaine d’enseignes (Alain Afflelou, GrandVision, Optissimo, Krys Group, Hans Anders, Optical Center, Optic 2000 – Lissac), les Opticiens de Savoie, le Syndicat des opticiens de la Corse et l’AFOI (Association française des opticiens par Internet) ont mis de côté leurs divergences, qui sont le plus souvent de forme, pour prendre en commun la défense de la profession face aux Ocam, aux pouvoirs publics, à la presse… Leur objectif : accueillir un maximum d’opticiens afin d’avoir la représentation la plus équilibrée possible et peser dans le débat politique à l’occasion de la présidentielle et des législatives. « Ecoute, respect et compromis » Les membres fondateurs du ROF ont construit un programme politique commun qui vise à conforter le rôle de l’opticien comme professionnel de santé, à rééquilibrer la relation de la profession avec les Ocam et leurs plateformes, à redonner la liberté de choix aux clients et à conforter les valeurs d’éthique du métier. Cela se traduit en 9 points concrets :
  • favoriser l’accès à des soins de santé visuelle de qualité en garantissant la liberté de choix
  • supprimer les remboursements différenciés
  • autoriser le tiers payant complet à tous les assurés chez tous les opticiens
  • définir avec la profession les critères qualité des appels d’offre des réseaux de soins
  • séparer les Ocam et les réseaux de l’activité de centrale d’achat et de commerce de détail
  • faire évoluer la formation initiale pour la porter à 3 ans et l’orienter vers celle d’un opticien réfractionniste
  • renforcer la complémentarité entre les « 3 O »
  • favoriser le développement du numérique au service de la santé visuelle
  • s’engager au respect de l’éthique et de la déontologie
André Balbi se dit « prêt à agréger toutes les propositions qui s’inscriront dans la défense du métier », à condition que leur auteur soit prêt à « écouter les autres, à les respecter et à faire des compromis ». Le ROF est ouvert à tous mais l’entrée doit se faire « par contribution au projet ». Toutes les entités peuvent adhérer : groupe, association, opticien à titre individuel mais aussi syndicat. « Il est important pour la profession de pas rater le rendez-vous de l’union qui se présente aujourd’hui », a déclaré le président du ROF. Sur toutes ces bases, l’association se donne 8 mois pour bâtir une représentation syndicale unifiée, qui serait effective au 1er janvier 2018.

- Lu 367 fois